bannière

Mis à jour le 10 mars 2014

Bilinguisme avec priorité accordée au français.

En tant que seul conseiller municipal « anglophone » à Gatineau, on me demande parfois de me prononcer sur des questions linguistiques. Voici donc ma position à cet égard.

Le français est la langue la plus couramment parlée au Québec, et ceux qui désirent participer à la vie économique, sociale, politique et culturelle du Québec ne peuvent le faire sans pouvoir communiquer et comprendre jusqu’à un certain point la « langue de Molière ». Depuis 1977, la Charte de la langue française du Québec (loi 101) a servi de cadre juridique pour déclarer le Québec officiellement unilingue francophone. Toutefois, l’éducation en anglais demeure accessible en vertu de certains critères décrits dans la Charte, et l’administration municipale à Gatineau offre certains services en anglais. Il faut de plus signaler que les résidents plus âgés, qui ont atteint leur majorité avant l’adoption de la Charte, méritent certains égards et de l’aide pour fonctionner dans leur langue maternelle (qu’il s’agisse de l’anglais ou du français), surtout en ce qui concerne les soins de santé.

Bien que le gouvernement fédéral soit tenu de respecter la Loi sur les langues officielles, la Ville de Gatineau, une entité provinciale, n’est pas officiellement bilingue. Qu’on soit d’accord ou pas, la réalité veut qu’il soit de plus en plus important de posséder des capacités de communication en français pour permettre l’inclusion et la prospérité des résidents sur le territoire de la Ville de Gatineau. Cela signifie donc que les résidents unilingues anglophones doivent se donner les moyens pour qu’eux et leurs enfants puissent vivre et réussir dans un environnement prioritairement francophone. Selon moi, il n’est ni raisonnable, ni réaliste, d’insister sur un « bilinguisme où l’on peut vivre en anglais seulement » – Gatineau, la quatrième ville la plus populeuse au Québec, est une ville francophone et si l’on veut participer à sa vie citoyenne, il serait judicieux de continuer à investir dans sa connaissance du français. Nous pouvons tous travailler ensemble pour encourager nos concitoyens à s’investir et à s’adapter pour apprécier la vivacité, la richesse et la complexité de la langue et de la culture francophone moderne du Québec.

Cela dit, nous faisons partie d’une économie mondiale qui fonctionne principalement en anglais, dans un continent dominé par l’anglais et dans un pays « bilingue » où la majorité des citoyens ont l’anglais comme langue maternelle. Mais comme tous les parents d’enfants d’âge scolaire le savent bien, le système d’éducation au Québec offre des cours d’anglais une fois la base en français bien acquise. En gros, le système d’éducation québécois fonctionne comme un système bilingue avec la priorité accordée au français, ce qui me semble tout à fait approprié et qui contribue à préparer nos citoyens à une société concurrentielle et prospère à l’avenir.

En ce qui concerne mes communications comme conseiller municipal, je fonctionne presque entièrement en français et je réponds en anglais uniquement lorsqu’on m’adresse la parole en anglais. Mon site Web personnel en matière de politique, www.LaVieEnsemble.ca est complètement en français, mais possède un pendant entièrement en anglais, www.e-living.org. Ma page Facebook de conseiller, « DugganDistrict2 » est pratiquement bilingue. Mon espace personnel politique sur Twitter « DugganDistrict2 » est complètement en français, mais je remets en ligne parfois des interventions en anglais à la demande et au cas par cas. Ces choix personnels peuvent s’avérer judicieux ou pas, mais je les assume.

Je vous remercie de votre attention,

-Mike Duggan, conseiller de Lucerne


   
Contactez-moi
311
Information Gatineau
Carte


Merci de votre visite!